L’avantage des callages de Jackson

Le principal critère pour le choix d’un bateau est la forme de celui-ci, mais après cela, vient un autre critère primordial : l’accastillage.
L’accastillage du bateau regroupe plusieurs points : du siège aux cale pieds, en passant par les chandelles, et c’est ici que se joue de nombreuses différences entre les différents modèles et marques.
Les test de bateaux 2015 et 2016 de CKM par Kevin Saussure on d’ailleurs retenu ce critère (numéros 239 et 243).

Certaines marques préfèrent livrer un bateau avec un accastillage très réduit et simple afin de baisser le coût de la main d’oeuvre (donc le prix) et laisser à l’acheteur le soin de faire ses propres calages.
Cela demande au pagayeur de savoir bricoler son bateau et de créer sa propre forme de calage, cela nécessite du temps et des matériaux (colle, mousse américaine, ficelle, etc…).

A l’inverse d’autres marques préfèrent développer leur accastillage et de permettre une mise à l’eau simple et rapide, c’est le cas de Jackson Kayak.
A peine le bateau reçu, il suffit de caler quelques bouts de mousse fournis, tirer sur 3 ficelles et vous êtes calé pour le restant de vos navigations.

Premièrement : les cale-pieds.

1
La plupart des cale-pieds se règlent à l’aide de visses sur les côtés, Jackson fait exception à la règle : les cale-pieds sont réglable à l’aide d’une solide ficelle que l’on tire depuis le siège, assis dans le bateau, elle se bloque et se débloque facilement.
De plus, ce réglage est solide, mais en cas de choc trop important, de type arrêt buffet ou un saut mal négocié sur une chute avec peu de fond, ce réglage saute automatiquement et ainsi il est impossible de se fracturer une cheville!
On peut facilement charger des sacs à l’avant du bateau en enlevant les blocs de mousse sur les cale-pieds lors d’expéditions, alors que ce mouvement prend beaucoup de temps sur les modèles à visses.
Autre avantage : en éliminant les visses on élimine également une éventuelle fuite, les kayaks Jackson sont d’ailleurs totalement étanche puisque chaque visse est incrustée dans le moule et il n’y a donc aucun autre trou que l’hiloire.
Les blocs de mousse fournis sont un confort supplémentaire, ils peuvent être remodelés au goût de chacun, personnellement je les coupe, à l’aide d’une grande lame chauffée, de moitié en diagonale afin d’incliner l’orientation des pieds.

Deuxièmement : le siège.

21
Confortable, il est positionné sur le milieu mais dispose de 5 crans de réglages, il coulisse le long d’un rail, posé au fond du bateau et relié au chandelle. Simplement en le vissant ou dévissant du rail il est possible de l’avancer ou de le reculer, alors que la plupart des bateaux nécessitent des clefs afin de bouger le siège.

3

Troisièmement : les cale-hanches et le dosseret.

6
Tout comme les autres bateaux le dossier peut se régler en étant assis dans la barque, mais ici encore, spécialité de Jackson, à l’aide de ficelles qui passent sur les côtés, ainsi le réglage est simple, précis et rapide!

4
Le calage des hanches se fait à l’aide de bouts de mousse (fournis) que l’on insert dans le cale-hanche en néoprène et tissu, ces cale-hanches peuvent être positionnés à différents endroits sur les côtés du sièges à l’aide de scratch.

5

Pour terminer : les cale-genoux.
Jackson reste dans la simplicité et le confort, la position de ceux-ci englobe parfaitement la cuisse jusqu’au bout du genou et la présence d’un mousse épaisse et confortable rend cet équipement agréable.

Petit plus : les chandelles des kayaks Jackson sont insérées dans l’accastillage, il est donc impossible de les perde lors d’une méchante brasse, et de nombreux élastiques et ficelles viennent compléter le confort du kayak : pour ranger gourde et éponge (fournis) et pour accrocher ses gonfles ou sacs étanches à l’arrière.

Comments on “L’avantage des callages de Jackson”

No comments, be the first to comment!

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.